menu
DEBUG
Formation > Centre spatial étudiant > PIMCA
cinq ans pour intégrer l’industrie aérospatiale
1 2 3 4 5
PIMCA
Projet étudiant de Mesure des Ceintures de Van Allen

Nous savons aujourd'hui que les satellites évoluant autour de notre planète sont soumis à des particules émises par le soleil ; celles-ci entrainant, à trop fortes doses, la destruction des appareils électroniques embarqués. Mais quelle est la quantité exacte de radiation subie par ces engins spatiaux ?

C'est de cette question qu'est né le projet PIMCA : étudier avec exactitude et pour chaque orbite utilisée par nos satellites, la quantité de particules énergétiques présentes.

Il y a principalement deux ceintures de radiation autour de notre planète. Chacune de ces ceintures ont une forme de tore entourant la terre :

•La ceinture interne culmine à environ 5000 kilomètres d'altitude et est constituée principalement de protons de hautes énergies (de l'ordre de quelques keV à 500 MeV)

•La ceinture extérieure s'étend de 20000 à 35000 kilomètres. Elle est constituée principalement d'électrons de quelques eV à 10 MeV.

Depuis 2008, et à partir d'une étude préliminaire réalisée par un chercheur du CNES, nous réalisons ce nanosatellite. Afin de mesurer les particules à haute énergie, PIMCA devrait embarquer le détecteur ICARE-NG, développé par le CNES.

Cet appareil permet de mesurer des électrons de 250 keV à 4 MeV et des protons de 8 à 100 MeV. Ainsi, nous pourrons connaître la densité et les énergies des particules emprisonnées par le champ magnétique terrestre.

PIMCA utilisera l'orbite de transfert géostationnaire (GTO / Périgée≈200Km / Apogée≈36 000Km / Inclinaison=7°) pour deux raisons :
•Les particules n'étant pas réparties équitablement sur l'ensemble des orbites géocentriques il faut pouvoir « balayer » l'espace entier.

•La fusée Ariane 5 avec qui nous souhaiterions décoller peut facilement nous déposer sur une orbite GTO.