Le bilan définitif pour 2023 concernant les recrutements des entreprises aéronautiques françaises n’est pas encore bouclé, mais une chose est claire : l‘objectif des 25 000 recrutements sur l’année 2024 devrait être atteint. A l’occasion de la présentation des voeux du groupement à la presse le 12 janvier, son président Guillaume Faury a indiqué que les entreprises du secteur devraient en être « très proches ». Il a également annoncé qu’un besoin de 20 000 à 25 000 embauches était de nouveau identifié pour 2024.

Guillaume Faury souligne également que ce volume représente un petit peu plus de 10 % de croissance des effectifs de la filière, ce qui correspond également au taux moyen des augmentations de cadences. En ce qui concerne les effectifs nets, la croissance était de 4 %, au 30 septembre 2023 : « il y a quand même de l’attrition, mais globalement la filière va enregistrer une augmentation très significative des effectifs », résume-t-il. L’année 2023 marque ainsi un retour aux 200 000 emplois directs entretenus par les membres du GIFAS, ce qui les ramène à leur niveau pré-covid (même si le périmètre du syndicat a légèrement évolué, notamment avec l’intégration de start-up).

« Nous attendons encore une situation stabilisée sur l’année 2024 et nous devrions nous trouver dans une fourchette de 20 à 25 000 embauches à nouveau, ce qui prouve que nous continuons à monter en cadence, à embaucher, à préparer l’avenir et à investir », poursuit le président d’Airbus.

En 2024, les 20 000 à 25 000 nouvelles embauches prévues répondront aux deux mêmes problématiques que l’année précédente, précise Clémentine Gallet, présidente du comité Aero-PME, à savoir répondre aux besoins en production créés par la poursuite de la montée en cadences et à ceux en ingénierie et en recherche liés à l’innovation pour l’avion du futur.

La présidente de Coriolis Composites rappelle également que, si les PME peinent à suivre le rythme des augmentations de cadences – qui avoisinent les 20 % à 40 % en fonction des PME -, elles ont tout de même bien réussi à étoffer leurs effectifs : « un à deux travailleurs en production dans les PME est nouveau », affirme-t-elle. « C’est un sacré challenge quand il faut faire face à la croissance, former des collaborateurs et faire en sorte que la qualité et les délais soient maintenus. Nous sommes impressionnés que la filière ait réussi à relever ce challenge en 2023. »

Alors que l’année 2023 avait représenté pour le GIFAS, une étape significative de reprise d’activité avec un retour aux niveaux d’emploi pré-pandémie et une croissance continue, les perspectives pour 2024 sont prometteuses en termes de recrutements et d’innovations. La filière française semble bien positionnée pour aborder les défis futurs et maintenir sa place de leader dans le secteur aéronautique mondial.

Source : Aerocontact