Présentation de l’option ISEC

Dans un contexte mondialisé de course à la miniaturisation qui rend possible l’intégration de briques d’intelligences artificielles dans des systèmes de plus en plus autonomes, il est important pour l’élève ingénieur d’être préparé dès aujourd’hui à relever les défis liés à ces thématiques d’avenir.

Préparé tout particulièrement à la conception et à la commande de systèmes complexes, il développera de solides compétences dans les domaines de l’automatique, de l’électronique, de l’informatique embarquée et des technologies associées à ces thématiques.

Il apprendra à faire face à des problématiques inhérentes à ces secteurs d’activité, comme la conception sous fortes contraintes, la gestion d’un grand nombre de données et la prise en compte d’interactions entre les différents éléments d’un système complexe. En outre, il apprendra au cours de sa formation à faire preuve d’adaptabilité et de méthode pour aborder sereinement et efficacement les défis de demain.

L’enseignement

En choisissant une spécialisation au sein de l’option ISEC, l’élève ingénieur oriente son cursus vers l’innovation en intelligence embarquée dans les secteurs aéronautiques et aérospatiales.

  • Propulsion fusée,

  • Aérodynamique Hypersonique,
  • Rentrée atmosphérique,
  • Aérodynamique des lanceurs spatiaux,
  • Conception des lanceurs spatiaux,
  • Conception Satellites (dont SCAO),
  • Introduction à l’astrophysique,
  • Mécanique Spatiale,
  • Mise et maintien à poste satellites géostationnaires,
  • Guidage et contrôle des engins spatiaux,
  • Guidage des véhicules autonomes,
  • Télécommunications par Satellites,
  • Projet conception Missions Spatiales.
Exemples de débouchés

Dans le domaine des systèmes embarqués, l’ingénieur de Bureau d’études est chargé de la définition de l’architecture de ces systèmes et de la conception des différents équipements qui le constituent (calculateurs de bord, systèmes de navigation, système de télécommunication…).

Il peut, par ailleurs, contribuer à la conception des systèmes de commande et de contrôle des turboréacteurs. Enfin, il peut être appelé à concevoir des systèmes autonomes comme des drones, systèmes d’armes pour les avions de combat d’aujourd’hui (Rafale) et de demain (SCAF) ou encore des systèmes de productions robotisés.

Son rôle est de vérifier, via la mise en œuvre de batteries de tests, le bon fonctionnement des différents systèmes embarqués développés en configurations nominales et dégradées.

Dans ce cadre, il est en charge de l’exploitation des données d’essais et de la rédaction des conclusions techniques de ces tests.

Le volume des données produites explose depuis le début du 21ème siècle (images multispectrales et hyperspectrales, données météorologiques, hydrographiques, images spatiales, données de navigation, géolocalisation des différents moyens de transport…).

L’ingénieur de valorisation de données développe les outils permettant de traiter ces données massives en recourant notamment à l’intelligence artificielle pour extraire les informations pertinentes.

En liaison avec les ingénieurs Bureau d’études électronique et automatique, il développe les logiciels permettant de piloter de manière optimale les équipements à bord (calculateurs de bord, système de navigation, système de télécommunication…) ou les systèmes robotisés et leur interaction avec le personnel les mettant en œuvre au travers du développement des interfaces hommes-machines.

LES DIPLOMES D’ELISA AEROSPACE EVOLUENT DANS DES PME, ETI ET GROUPES MAJEURS : ALSTOM, SAFRAN, DGA…